L'expédition Cerro Rabón 2005

Journal de bord (logbook) par Laurent Déchanez et Jean-Marc Jutzet

Vendredi 18 février 2005

Départ de Fribourg à 6h55, Hervé m'apporte le GPS à la gare. Je retrouve Laurent a Lausanne. Il n'a pas dormi de la nuit. Arrivé à l'aeroport, nous attachons encore deux sacs ensemble pour ne pas dépasser notre quota de deux bagages par personne. On est déjà limite côté poids avec plus de 60 kg par personne. Avant d'embarquer, Laurent est appelé par haut-parleur pour vérifier un de nos bagage. C'était mon réchaud qui contenait encore des vapeurs d'essence. On a dû le laisser à Genève.

Le vol s'est bien passé et on est arrivé à l'heure à Mexico. Cette fois, on a eu la chance de tirer vert à la loterie du contrôle des bagages. Les 10kg de fromage sont saufs.

Vicente nous attendait avec sa nouvelle grande voiture (si, si c'est vrai! ). Il avait pensé à tout et nous éclusons nos premières Negra Modelo sur le parking.

Chez lui, ce sont les enchiladas de la maman qui nous accueillent! Ensuite il y a quelques amis qui débarquent et nous papotons jusqu'à minuit en buvant quelques bières supplémentaires. Vicente nous apprend que Anselmo est passé chez lui une semaine auparavant. Il se réjouit de nous voir arriver à San martin et dit qu'il n'y a aucun problème pour l'instant.

Samedi 19 février 2005

Lever vers 8h, Vicente nous amène un copieux déjeuner: croissants, café, et surtout 3 litres de jus de mandarines!!

Programme de la journée:

Nous faisons joujou avec le GPS et mesurons precisement la position de la maison a Vicent puis nous partons vers un centre Telcel pour essayer de résoudre le problème de communication GPRS. Résultat: deux heures de perdues! Vicente nous pose en ville et nous nous débrouillons pour trouver la Ciudadela et rentrer par nos propres moyens. Vers 19 heures nous allons faire la fête avec les amis montagnard et nous emportons une fondue et du chocolat. Il faut improviser un peu pour préparer la fondue (de la Corona à la place du vin!) mais le résultat est excellent. La pudeur m'interdit de relater la suite de la fiesta...

Dimanche 20 février 2005

Jean-Marc profite du trajet en bus pour récupérer Photo 1

On se lève vers 9heures. Pas trop mal aux cheveux! Bon déjeuner composé de piments farcis au fromage et de "aroz a la mexicana". Café Internet pour résoudre les problèmes de communication avec une efficacité redoutable: tout fonctionne!! Puis départ pour Oaxaca en bus. Trajet de 6h30 pour une arrivée chargée à la Casa Arnel. Surprise, ici rien ne marche pour les envois de mails! Un changement de carte SIM et ça repart... Nous verrons au Cerro Rabón, mais rien n'est jamais assuré!!

Une cervesa sur le Zocalo et un bon souper typique!

Lundi 21 février 2005

Lever tôt, déjeuner "Chez Alex" en compagnie du perroquet (Lorenzooo), puis direction l'INAH pour les demandes d'autorisations. Ca se présente de manière un peu plus compliquée, toujours suite à l'accident des spéléos anglais, qui ressemble beaucoup à un incident diplomatique!

Lorenzo Photo 6 - Le Perroquet "Lorenzo"

Nous devons donc revenir à 11h30 pour une discussion supplémentaire avec la cheffe Archéo. De retour à l'INAH, nous expliquons rapidement nos motivations et présentons le visa (sans lui, aucune chance). Maintenant, le papier d'autorisation est en cours de rédaction.

Retournement de situation, elle ne veut pas signer le papier, nous devons attendre le directeur de l'INAH, qui sera là demain à 10h seulement. De plus, selon elle, il nous manquerait encore un papier officiel du gouvernement mexicain, ce qui nous semble étrange vu notre visa fm3, bref, nous préférons discuter directement avec le directeur demain. Bref, il semble que tout le monde a peur de se mouiller en signant une quelconque autorisation.

Achats de bâches, sacs, ficelle, puis presque toute la nourriture au Chedraoui du coin.

Retour crevés à la Casa Arnel, et c'est devant une Coronita que je complète ce logbook Ah m... Jean-Marc a renversé la moitié de ma bière!!!! Vu la quantité que Laurent en descent, ce n'est pas si grave! Ce sera moins dur pour les étroitures. Bon, je dois justement aller en racheter si je ne veux pas facher Laurent.

Voici justement l'avion de Stan et cie qui nous survole. Ils sont à l'heure! Effectivement, 3 1/4 h plus tard ils arrivent à l'hôtel.

On s'organise pour le lendemain et on va souper près du Zocalo.

Mardi 22 février 2005

On se lève à 7 heure et on commence à préparer nos sacs pour partir vers Tenango. On essaie de rester optimiste en ce qui concerne l'autorisation. Il s'agit d'avoir tout ce qu'il faut pour deux jours tout en ayant le moins de poids à porter. Le résultat est satisfaisant et nous partons tous ensemble déjeuner. Après ça, nous rassemblons le matériel dans une chambre et Laurent et Jean-Marc se rendent à l'INAH pour rencontrer le directeur et essayer d'obtenir l'autorisation. En quittant l'hôtel, Laurent ne trouve rien de mieux à faire que de marcher dans une immense crotte de chien bien visible. Je sais bien que ça porte chance mais nous verrons si le directeur appréciera...

Le directeur n'a pas pu apprecier, vu qu'il n'est pas là. Après une longue attente, nous décidons de revenir à midi. Quelques achats et rechercher nos habits à la Lavanderia, et une petite halte sur le Zocalo pour tester les connexions Wifi. Cette fois, ce sont les oiseaux qui ont crépi Jean-Marc, le directeur appreciera!!

Mercado oaxaca Photo 9 - Le marché de Oaxaca

De retour à l'INAH, toujours pas de directeur, mais un petit papier de sa secrétaire pour nous expliquer que ce n'est plus l'INAH qui délivre ce genre d'autorisation, mais SEMARNAT, une organisation qui s'occupe d'environnement. Départ rapide en Taxi, pour voir un responsable, qui nous dit que c'est bien à l'INAH de délivrer ce genre d'autorisation. Il nous dit également qu'il peut nous donner un papier, mais qu'il faut minimum 5 jours, et que ça ne sert à rien. Retour à l'INAH ou nous recommençons une longue attente...

Après env. Une heure un fonctionnaire nous appelle enfin et nous explique que l'INAH a reçu des consignes et n'est pas habilitée à délivrer ce genre d'autorisation. La procédure a changé et nous devons aller directement chez le presidente et lui faire signer une copie de nos visas puis, une fois à San Martin aller présenter le papier à l'agencia municipal.

Nous rentrons à l'hotel pour terminer nos préparatifs et pour permettre à Laurent de s'occuper de son bobo au pied. Ensuite, dernier café Internet histoire de préparer quelques cartes pour le GPS, petit souper et nous partons pour Huautla.

Le bus est en pleine révision à notre arrivée. Une bonne demi-heure plus tard et il ronronne comme une formule 1. Nous avons vite compris pourquoi: partis avec 30min de retard, nous sommes arrivés à Huautla à 2h45 du matin, avec 1h30 d'avance!! Le style de conduite ressemblait assez à de la course automobile avec des ravins et des véhicules qui viennent en face, dans un bus de 40 places, avec seulement 2 passagers bien secoués qui n'ont pas vraiment dormi...

Mercredi 23 février 2005

Après une petite visite de nuit à Huautla, nous montons dans une camionetta, qui partira à 5h30, pour arriver vers 8h à Tenango. Nicolas n'est pas là, et nous rencontrons Don Thomas, puis Tomasin et Lazaro qui se trouve par hasard à Tenango. Il nous apprend qu'Anselmo est à Mexico, ce qui ne va pas nous simplifier la tache. Par contre , la montée risque d'être plus courte que prévu car on peut prendre une camioneta jusqu'à Agua Dulce. Il nous resterait env. 2 heures de marche pour rejoindre San Martin.

Laurent sur le chemin vers San Martin Photo 2

Nous attendons longtemps l'entrevue avec le président. Finalement nous sommes reçus et présentons nos motivations et nos visas. Il discute un moment et décide de rédiger, sur l'ordinateur flambant neuf de son secrétaire , un mot que nous présenterons à San Martin et nous demande de repasser par Tenango au retour histoire de s'assurer que nous n'emportons aucun vestige archéologique.

Vers 16h nous pouvons enfin partir nous trouvons rapidement une camionetta pour nous conduire à Agua Dulce au départ du sentier pour San Martin. En partant nous trouvons Nicolas chez lui. Nous lui promettons de passer au retour. Surprise, à la sortie de Tenango nous passons à coté d'un Internet café!

La route est bétonnée sur une bonne distance. Il nous faut environ 40 minutes pour arriver au départ du chemin.

Après une bonne heure de marche nous arrivons vers Altamira, il commence à faire nuit et nous nous perdons.

Cerro caballero Photo 8 - Cerro Caballero

Nous nous arrêtons à une maison pour demander notre chemin et demandons s'il y a un coin plat pour monter notre tente pour la nuit; le Mazatec qui nous répond nous propose une maison pour la nuit. Nous acceptons avec empressement et après les crackers du souper il ne nous faut pas plus de 10 sec. pour dormir profondément.

Jeudi 24 février

Debout à 6h30 ensuite nous partons immédiatement. Il nous faut 1h 1/2 pour arriver à la Rathouse. Apparemment, rien n'a changé et la maison n'est pas habitée. Nous mangeons quelques fruits et allons au village.

Premier but: passer montrer nos autorisations à l'agente municipal. Il n'est pas là et nous passons chez Anselmo pour avoir la clé de la Rathouse. Il est toujours à Mexico mais sa femme est là.

Laurent et Jean-Marc devant la Rathouse Photo 3

Nous essayons de nous connecter à Internet mais sans succès. Seuls deux SMS arrivent. Un espoir persiste, peut-être arriverons-nous tout de même à communiquer.

Nous remontons préparer le camp (avec un carton de bières bien sur). Nous organisons de ânes pour le lendemain avec Lazaro.

L'état de la maison est lamentable et il nous faut pas mal de boulot pour la rendre utilisable. Apparemment, tout notre matériel est là et le sol n'a pas été bétonné! On retrouvera probablement aussi le bidon qui a été enterré.

Dans l'après-midi, Stan, Gosia et Pat nous rejoignent. Ils ont acheté ce qui manquait et tout préparé pour le transport par âne. Le matériel est resté à Rancho Avendaño. Après la canicule d'aujourd'hui, une petite pluie nous donne des espoirs de remplissage de bidons, sans succès pour le moment. Nous avons également trié le matériel, et jeté une bonne partie de la nourriture, qui date de plus de 5 ans!!

On improvise un petit souper avec tortillas et frijoles que nous achetons à une femme maztec habitant en dessous de la Rathouse et on prépare du riz. C'est délicieux! La pluie arrive et nous ne sommes pas prêts pour collecter de l'eau, il y a juste une bâche sur le devant de la maison.

Jean-Marc à la fenetre Photo 5

Vendredi 25 février 2005

Nous nous levons vers 7h, le temps est couvert. La pluie d'hier n'a pas suffit pour remplir nos tonneaux. En attendant notre matériel, nous terminons la préparation du camp. Pendant que Stan et Jean-Marc vont chercher les deux bidons d'eau à la source, Laurent et Pat creusent les latrines et Gosia range la cuisine. Stan réussi à casser trois marteaux (les manches en bois).

Ensuite nous faisons une tentative pour envoyer le logbook à Michel. Internet ne fonctionne toujours pas et nous l'envoyons par sms. Plus tard, nous arrivons enfin à nous connecter mais c'est assez aléatoire.

Laurent et Jean-Marc à leur passe-temp favori Photo 4

Nos affaires arrivent vers 11h, il manque encore 4 sacs que Alfonso ira rechercher dans l'après-midi.

Vers 15h Lazaro nous rend visite alors que nous partons tailler le chemin des grottes. Nous sommes surpris de voir que le "never ending trail" est en grande partie envahi par la végétation. Après le Caña Bar, le chemin semble en partie abandonné et la milpa (le champ) est en friche. Nous taillons un excellent chemin et avons quelques difficultés à trouver un passage vers la forêt. Entre Stan Laurent et Jean-Marc nous retrouvons le sentier du Kijahe et l'ouvrons jusqu'au plateau, avec en fond le perpétuel bruit de Goshia qui parle ou hurle...

Goshia et Pat Photo 12 - Goshia et Pat

Jean-Marc a une cloque, Laurent deux, il ne fallait pas oublier les gants... En retournanant au camp, Laurent trouve une raison supplémentaire d'utiliser la pharmacie, il glisse sur les pierres humides et fait un vol plané sur le chemin. Il a juste quelques égratignures supplémentaires...

Aussitôt rentrés au camp, nous repartons au village pour charger quelques batteries chez Lazaro. Comme nos t-shirts ont déjà une allure jungle prononcée, nous les changeons avant de partir. Nous sommes très bien accueillis et nous recevons chacun un bol de 'Atole' (riz et lait sucré à la canelle), c'est délicieux! Gosia a eu l'excellente idée d'amener des albums photos prises lors de la dernière expè qu'elle leur offre. Ils apprécient beaucoup.

Maison Lazaro Photo 10 - la Maison de Lazaro

Nous rentrons au camp en portant le reste du matériel arrivé comme prévu. Laurent passe encore pas mal de temps à modifier son casque avec des LEDs, et à réparer celui de Jean-Marc, tout neuf, mais déjà plein de court-circuits!!

Samedi 26 février 2005

Lever vers 8h, superbe temps ensoleillé! Nous décidons d'aller dans la région de Hard Rock cave, (le nom en mazatèque n'est pas encore traduit). Nos préaratifs sont un peu lents, vu que c'est la première sortie de notre matos spéléo! Départ vers 10h, Stan et Goshia partent avant, et nous les rejoignons, après avoir envoyé votre logbook préféré!!

Nous ne pouvons toujours pas envoyer de photos, mais Jean-Marc ne désespère pas et passe un temps monstrueux pour y arriver!! Toutes les astuces technologique sont mises en oeuvre pour y arriver, la prochaine étape est de passer par son smtp...

Nous montons vers le Kijahe, afin de continuer la taille du chemin vers le Kijahe. Pat, Stan, Jean-Marc et Laurent cherchent le chemin, qui est assez bien marqué. 3 heures plus tard, nous atteignons la doline du Kijahe! Retour pour rechercher nos affaires, pic-nic et un peu de prospection et de points GPS dans les dolines qui suivent Hard Rock cave. Nous trouvons plusieurs puits à explorer, une jolie grotte à continuer, puis nous tombons sur une immense doline qui reste impossible à visiter, nous reviendrons avec des cordes!

Jungle Jean-Marc Photo 11

De retour vers Hard Rock, nous retrouvons Stan et Goshia, qui ont été à Nita Gatziquin pour chercher les cordes d'entrée. Il va bientôt faire nuit, nous décidons de rentrer, et de faire la suite demain... Il pleut un peu, et mous faisons un bon souper: Bières, riz et frijoles.

Pendant la nuit, les vaches ont décidé de venir nous faire un petit coucou au camp. Elles ont détruit quelques barrières et bu l'eau de vaisselle et éparpillé les assiettes. Comme le savon était à leur goût elles l'ont mangé, le lait aura un drôle de gout et fera des bulles! Jean-Marc a du se lever au milieu de la nuit pour essayer de les disperser.

Dimanche 27 février

Au matin, il y a de la bouse jusque sur le mur de la citerne. Laurent qui vient de se lever se charge de nettoyer en s'asseyant dedans avec son seul pantalon long encore propre... Il fait grand beau.

Nous préparons nos affaires pour deux équipes : Stan et Pat iront à Hard Rock cave et Laurent et Jean-Marc s'occuperont de visiter les dolines des alentours de Hard Rock. Gosia ira faire un tour au village, passera à l'église et ira charger nos appareils électiques. Nous partons vers 11h après avoir enfilé nos t-shirts jungle déjà bien crasseux.

Nous (Laurent et Jean-Marc) descendons la grande doline repérée la veille mais sans trouver de grottes, ensuite nous continuons en direction du Kijahe et descendons toutes les dolines pour arriver finalement dans celle qui rejoint le Kijahe. Une petite visite s'impose et nous tirons quelques photos puis retournons. Il y a du brouillard et pleut un peu depuis un moment déjà. Pas de quoi remplir nos bidons au camp. Nous descendons un dernier puits (env. 35m en trois parties) mais la cavité ne continue pas. Nous remontons et faisons un croquis de la grotte. Une fois la corde à nouveau rangée dans le sac, Laurent constate qu'il a oublié sa machette en bas, il lui faut rééquipper et redescendre...

Il commence à faire nuit et nous rentrons au camp. Là, Anselmo nous attend, il vient de rentrer de Mexico et a parlé à Vicente. Il nous explique la situation à San Martin. La situation est plus calme, et Anselmo nous explique qu'il a fait un gros travail pour nous faire accepter à San Martin. Il voit des possibilités de faire une sorte de tourisme spéléo pour faire vivre la région. Nous lui expliquons que la spéléo n'est pas vraiment un débouché pour le tourisme, mais qu'il existe un tourisme plus "naturel" qui aurait plus de chance d'aboutir. Ses idées sont certainement excellentes, mais il est encore loin de les réaliser. La discussion a été assez longue, et intéressante.

Famille Anselmo Photo 7 - La famille de Anselmo

Stan et Pat arrivent vers 23h, ils ont équippé Hard Rock et ont continué dans la lucarne au dessus de la partie étroite. Ils sont arrivé au sommet d'un puits de 15m. Comme ils avaient oublié les plaquettes, il faudra revenir...

Lundi 28 février 2005

Grosses pluies ce matin, Pat est malade et retourne se coucher. Stan, Jean-Marc et Laurent en profitent pour mettre des bâches supplémentaires pour remplir un max de bidons. Une petite douche fera également le plus grand bien. La motivation aujourd'hui est assez basse, et nous décidons de faire une grosse expé dans Hard Rock cave demain. Nous avons rendez-vous avec Leti et Anselmo à 16h30, et en attendant, lecture, logbook, vaisselle, etc... Gosia allume un peu de sève, ça donne une excellente odeur!

En fin de journée, tous nos récipients sont pleins et il peut arrêter de pleuvoir. Malheureusement ça continue...

Vers 16h nous allons chez Anselmo, qui nous offre de l'atole agria, des tortillas avec de chiles et de la viande grillée. Ensuite, Gosia, Stan et Pat rentrent au camp et Laurent et Jean-Marc Vont chez Leti, Jorge et leurs deux filles (Diana 10 ans et Brenda 4 ans) pour voir quelques vidéos tournées par Jorge.

En rentrant, un hurlement de peur les accueille. C'est juste Gosia qui a ouvert un sac plastique et un rat lui a sauté contre. Le rat n'a rien eu... heureusement !!

Mardi 1er mars

Il pleut toujours! Nous préparons notre matériel et partons vers Hard Rock cave. Pat est toujours malade, Goshia et Stan feront de la topo, Jean-Marc et Laurent feront de l'équipement. 1h30 plus tard, Nous nous préparons dans la petite grotte où nous mettons notre matos. Vers 10h30 nous entrons, et descendons rapidement vers -250, où nous trouvons facilement la suite à équipper. Un petit puits de 15m, suivi d'un joli méandre un peu étroit. Laurent a des problème avec son carbure, son Ariane perd de l'eau, il devra faire l'expé avec les Leds... Jean-Marc a également quelques ennuis, mais il réussit à améliorer un peu son éclairage!!

Stan équippant le dernier puits Photo 13 -

Ensuite, nous découvrons un autre puits de 10m environ. Un autre méandre assez large nous mène vers un nouveau puits. Nous lançons quelques cailloux: le prochain puits est déjà plus gros!! Nous començons à spitter, et Stan nous rejoint. Gosia n'a pas passé le méandre étroit, (trop gros c.. D'après elle!). Elle a décidé de remonter, et Stan l'accompagne jusqu'à la sortie, puis redescendra nous aider. Nous héritons donc également de la topo, et nous avançons un peu plus lentement! Le puits fait 40m, il est très large et très beau.

No comment Photo 14 -

Au fod, trois suites possibles, nous choisissons la plus grande, qui donne sur un petit puits d'une dizaine de mètres, suivi d'un nouveau méandre, qui donne dans d'autres galeries, un site un peu compliqué. Stan, de retour, va visiter toutes les possibilités, et trouve pour finir un petit puits de 8m. Au fond, toujours un bon courant d'air, mais 2 passages trop étroits. Nous grimpons encore dans les plafonds, puis décidons de terminer cette zone, et de déséquipper le fond.

Jean-Marc dans la nouvelle partie de Hard Rock cave Photo 15 -

Il est déjà 22 heures, nous mangeons nos restes de chocolat, et déséquippons jusqu'au pied du P40, où 2 suites possibles restent encore à faire! Toutes ces nouvelles parties sont très sèches, on y trouve même du gypse. Malgré la pluie en surface, il n'y a aucune arrivée d'eau et toutes les concrétions sont recouvertes de poussière noire.

Laurent sonde le P40 Photo 16 -

En haut du puits, nous re-faisons de la topo pour faire la jonction entre celle de Stan et celle de Laurent. Une heure plus tard environ, nous pouvons entamer la montée.

Laurent aime la topo Photo 17 -

Vers 2h15, nous sortons, et vers 4h, nous buvons une "Sol" au Rathaus!! Quelle belles découvertes!! Nous avons fait environ 250m de première. Nous avons pris quelques photos et enregistré quelques bruits d'ambiance.

Ernie Photo 18 - Don Ernesto

Une tente de plus a été montée près du Rathouse, c'est celle de Ernie qui nous a rejoint dans la journée!

Mercredi 2 mars 2005

Nous nous levons entre 9h30 et 11h,plus ou moins reposés. Le temps est toujours gris mais il ne pleut pas.

Lazaro Photo 19 - Lazaro

Gosia prépare des crêpes, Laurent répare son ariane et on entre les données topo dans un fichier pour les envoyer à Michel. Il arrivera peut-être à nous renvoyer une esquisse.

Vers 15h nous partons faire une petite prospection au dessus de la source près du rathouse. On trouve un puits qui vaut la peine d'être exploré près du sommet de la coline et un autre plus petit que les enfants nous indiquent à 100m du camp.

Le soir nous recevons quelques visites, tout d'abord Victoria et une autre femme avec 4 enfants puis Lazaro. Petit souper de pâtes au thon puis nous allons nous coucher pour être en forme pour retourner à Hard Rock cave demain.

visites, encore du monde au rathaus photo 22 - visites

Jeudi 3 mars

Le temps est gris mais il ne pleut pas. Nous déjeunons et préparons nos affaires pour aller à Hard Rock cave. Toute l'équipe se met en route, Ernie fait des photos en montant, et nous arrivons vers Hard rock cave. (remarque: Le nom mazatèque est "Nintan lau taja" (merci Anselmo!)). Gosia, Ernie et Pat décident de ne pas entrer dans la grotte. Nous nous retrouvons la même équipe que la dernière fois, Stan, Jean-Marc et Laurent.

Nous descendons au bas du P40 découvert il y a 2 jours, il reste quelques suites à checker: Laurent comence à équiper un petit puits dans un méandre. C'est particulièrement étroit, Laurent et Stan ont essayé de passer sans succès, la corde a été retirée, mais le spit, la sangle et les maillons sont toulours en place, a refaire pour une prochaine fois...

Suite dans Hard Rock cave photo 24 -

Jean-Marc et Stan vont voir et topographier une suite qui commence par un petit puits désescaladable. L'endroit est très concretionné, et une suite étroite mais accessible est découverte. La roche est toujours très noire et sèche, et la suite donne sur un nouveau puits d'une vingtaine de mètres. Laurent amène le matos et commence à spitter, la corde ne suffit juste pas, et nous finissons la fin du puits en désescalade. Nous découvrons après un virage, en nouveau puits de 8m, large et intéressant: excellente suite pour la prochaine expé, d'autant plus que le courant d'air est toujours assez fort!! Pendant que Jean-Marc et Stan finissent la topo, Laurent prépare l'équippement du puits: Il ne reste qu'à poser la corde.

En remontant, les topographes finissent quelques galeries annexes, et Laurent améliore l'équippement de quelques passages un peu limites.

Juste avant de remonter, Stan va vite voir un petit puits inexploré au bas du P40. Il y découvre un autre puits grand et large, et les cailloux mettent 4 sec. Pour atteindre le fond!! Un puits estimé à plus de 60m... Le courant d'air est encore plus fort que celui de l'autre puits. La prochaine visite se promet d'être passionnante.

mille-pates photo 21 - mille-pates

A la sortie, vers minuit, il pleut fort, ça a recommencé vers 15h, sans arrêt, et très fort. Le temps affecte un peu le moral de ceux qui sont restés dehors.

Vendredi 4 mars 2005

Petite pluie fine, lever un peu plus tard. Après une matinée assez calme, nous décidons d'aller en direction d'altamira, afin de montrer la région d'Up Hill cave à ceux qui ne connaissent pas.

La balade n'a pas mené à Up Hill, mais plutôt dans la milpa de Arturo, où des enfants nous font découvrir de nouvelles dolines très grandes et très profondes. La zone est encore inexplorée, et Arturo est tout à fait d'accord que nous les explorions!!

colibri couvant ses oeufs photo 20 - colibri couvant ses oeufs

Le soir, pour fêter ça, excellents spagettis au fromage de Chavannes-les-forts, accompagnés de chiorizo grillés à la poele! Suivi d'ananas à la Tilpan flambés à la caña.

Samedi 5 mars 2005

Grand soleil au lever, il nous permet de faire sécher quelques habits, avant que la brume ne remonte vers 10h, et que la pluie revienne pour le reste de la journée.

Les discussions sont animées, et on parle de la suite de l'expé, Jean-Marc se fait même traiter de 2ème Gosia , tellement il a la geule ouverte... Avant d'aller explorer les nouvelles cavités découvertes la veille, il faut rechercher notre matos resté en haut, descendre de la corde stockée dans Nita Gatziquin, et pourquoi ne pas en profiter pour continuer les belles suites de Hard Rock cave...

photo 25 -

Pat, en meilleure forme, décide d'aller à Had Rock avec Jean-Marc et Stan, premier but: faire le grand puits découvert il y a 2 jours, ensuite récupérer et grouper le matos pour le remonter, excepté les cordes qui sont très bien dans cette partie sèche. Départ de la première équipe, suivis de Ernie et Laurent, qui descendent le P80 pour améliorer un passage dangereux, en haut du P56, où les cailloux tombent dès qu'on leur souffle dessus. Laurent commence à spitter, alors qu'Ernie descend tranquillement. En bas, Ernie prendra quelques photos, puis commence la remontée, pendant que Laurent termine une vire et un nouveau fractio pour éviter complètement la zone à risque. A la sortie de Hard Rock cave, Laurent et Ernie décident de visiter une petite grotte découverte il y a quelques jours. Ils partent dans la bonne direction, mais un peu trop haut, ce qui les fait tomber sur une doline immense encore inexplorée: au fond, on entend de l'eau, ça semble très intéressant, on y reviendra avec des cordes, un autre jour ou une autre expé, peut-être...

En contournant cette doline, Laurent tombe sur la grotte recherchée. Ernie n'a pas envie d'y descendre, mais la visite semble intéressante, même sans corde: Un premier ressaut est descendu, et je me retrouve au fond d'un puits d'une dizaine de mètres, suivi d'un autre petit puits de 4m désescaladable, puis un autre de 3m, enfin un de 7m environ, qui nécessite une corde, celui-là!! Je vois un début de méandre au fond du puits, et je sens un petit courant d'air. Encore une grotte intéressante à "garder au chaud".

Toujours du monde au Rathaus photo 23 -

Ernie commence la descente, il aimerait arriver de jour au Rathaus. Laurent va encore chercher un rouleau de 200m de corde à Nita Gatziquin, il peine un peu à trouver la grotte, la situation a beaucoup changé en 5 ans, et des arbres sont tombés à travers les dolines. Le rouleau se démonte un peu, et il sera transporté tel quel. Il fait nuit quand Ernie et Laurent arrivent au Rathaus, presque en même temps!. Gosia a eu des visites presque tout l'après-midi, elle en a un peu marre, mais elle est tout de même de bonne humeur!

Dimanche 6 mars

Le temps est toujours gris et il pleut à nouveau. Nous faisons deux groupes pour aller visiter les entrées trouvées vendredi. Stan et Gosia vont à la deuxième et Laurent et Jean-Marc à la première. Stan et Gosia descendent un puits de 18m et trouvent une petite suite comblée. Ils rentrent au camp.

Laurent et Jean-Marc équippent un grand puits d'env. 60m et arrivent dans une grande salle où trois départs sont visibles. Quelques photos et on commence la topo. Pas pour longtemps, on retrouve des ancien points topo.Après des recherches dans le rapport 94 et dans nos souvenirs, il doit s'agir de flaur Pit. Caramba, on s'est fait piéger, les gens nous avaient dit que ces milpas avaient été défrichées il y a env. 5 ans.

Une des nouvelles dolines photo 26 -

Retour au camp vers 20h30 où nous avons la surprise de trouver Catherine qui nous rejoint après son expé dans la Sierra Sur. Que voilà une bonne occasè pour déboucher la bouteille de Tequilla!

Lundi 7 mars 2005

Grand beau!!! On en profite pour faire sécher nos affaires mouillées depuis une semaine. Jean-Marc part au village pour charger son PDA; ensuite, il part avec Pat explorer les dolines qui suivent celles d'hier. Sur le chemin de San Martin il aperçoit sur un tronc un gros serpent rouge, noir et jaune; probablement un corail.

Catherine part avec Anselmo chercher un cochon à Teocatlan.

Stan, Gosia, Ernie et Laurent partent pour faire la petite grotte près de Hard Rock que nous avons découvert en début d'expé. La première désescalade donne au fond d'un puits de 7 m environ. Suivent 3 autres petites désescalades avant un petit puits de 6m. Au found, pas de suite, mais une lucarne grimpable donne dans un autre P7. Au fond, un petit passage donne sur un P17 très arrosé. Ensuite un long méandre continue, mais n'a pas encore été terminé.

Pat et Jean-Marc visitent plusieurs dolines et trouvent quelques petites grottes. Elles ont toutes déjà été vues. Deux d'entre elles ont quelques restes de poteries à l'intérieur. Ils observent quelques chauves-souris et araignées...

Mardi 8 mars

Les nuages arrivent. Nous allons tous dans la région de Hard Rock. Stan et Gosia continuent la petite grotte explorée la veille avec Laurent. Ils découvrent un puits de 37m. Vers le fond, ils arrivent à mi-puits d'une verticale qui débouche en surface, de 70m environ. Ils décident de sortir et de chercher le puits en surface. La grotte est déséquipée, mais le puits en surface n'a pas encore été trouvé. Il faudra faire les calculs précis à partir de la topo pour trouver cette nouvelle entrée.

Catherine, Ernie, Jean-Marc et Laurent partent explorer la doline repérée par Ernie et Laurent il y a 2 jours. La doline est une "fucking huge doline", selon la traduction texane de Pat... Un peu de machette sur corde, et Catherine atteint un beau puits environ 30m plus bas, qui semble continuer. Nous descendons tous environ 30m plus bas, afin d'explorer le fond de la doline. Laurent part d'un côté, et Jean-Marc de l'autre, pendant qu'Ernie prend des photos de cette superbe végétation, et Catherine équipe le puits. Un peu plus tard, Jean-Marc s'extasie devant 3 petites entrées. Chacune conduit à un couloir fossile horizontal. Tout le monde vient rapidement le rejoindre et après un copieux pique-nique on commence la topo. Catherine au dessin, Laurent au nouveau joujou laser hi-tech qui remplace la chevillère et Jean-Marc aux instruments. Ernie couvre l'évènement en faisant des photos. Les premières mesures de distance posent quelques difficultés à Laurent qui s'exclame "je suis un con" puis après quelques instants "on ne se refait pas tout de même".

Trois grottes sont explorées, 50m, 40m et 100m environ. Des superbes galeries, sèches et concrétionnées, des petits ressauts à descendre, et chaque grotte termine par un puits entre 10m et 20m. Elles sont toutes habitées par de nombreuses grosses araignées (gasp!). En grimpant vers une entrée supérieure, Catherine arrache un superbe begonia, qui finira par voler vers le fond de la doline (ça donnera le nom aux grottes: flying begonias). Retour ensuite vers le puits encore inexploré du début par un nouveau chemin plus court. Heureusement pour Jean-Marc qui avait oublié ses agrès vers la première grotte!!

Le puits est borgne! Il y a, par contre, une lucarne à 5m du sol. Il faudra revenir car on manque de corde! A la tombée de la nuit, nous redescendons vers la Rathouse. Sur le chemin (holiday on mud) nous trouvons encore une couleuvre (américaine a dit Catherine qui ose la prendre dans les mains). Excellente journée où on a bien ri!

Mercredi 9 mars

Temps habituel le matin, gris mais sans pluie. Nous décidons de faire deux équipes pour explorer les grottes.

La première avec Stan, Pat et Catherine ira à Hard Rock cave avec comme objectif la continuation de la suite de 2000 derrière l'étroiture. Ils emportent près de 200m de corde. Pat s'est arrêté devant l'étroiture et est remonté. A l'heure où j'écris ces lignes (jeudi 10h), les autres ne sont pas encore rentrés!

Jean-Marc équipe le nouveau puits photo 27 -

Laurent et Jean-Marc vont aller continuer les "Flying Begonias", avec 180m de corde de 8mm. Après avoir exploré les alentours de la doline où il n'y avait rien d'intéressant. En montant, ils aperçoivent un petit serpent qui s'enfuit rapidement. Le premier objectif sera l'exploration du puits estimé à 15m qui se trouve dans la deuxième grotte. Deux sangles et l'équipement est prêt et sans frottement (avec de la 8mm ça vaut mieux). Jean-Marc part devant et continue l'équipement, Laurent continue le dessin topo.

Jean-Marc équipe le nouveau puits photo 29 -

Le puits est de belle dimensions, il fait 65m! En bas, deux départs évidents en méandre fossiles se présentent. Nous choisissons le méandre aval dans lequel un bon courant d'air s'engouffre. Nous découvrons un puits de belle dimension de 15m de profond, avec une immense lucarne, que nous laissons de côté pour le moment. Une petite grimpe mène rapidement à un petit passage humide, et un nouveau puits légèrement arrosé d'une quarantaine de mètres, selon nos estimations. Jean-Marc l'équipe et descend, mais le fond est trop mouillé à son goût. Il a tout de même le temps de voir deux puits parallèle secs.

Notre nouvel objectif est de retrouver un de ces puits depuis le haut, histoire de ne pas trop se mouiller. Nous suivons un superbe méandre, avec des concétions, des gours et un fort courant d'air et arrivons effectivement à un puits. Là aussi, il y a un puits parallèle qui part quelques mètres plus bas. Nous y allons avec le peu de corde qui nous reste. Il y a aussi de nombreux départs mais tout semble conduire au même puits. La suite au prochain épisode.

Le retour est arrosé. Les deux puits sont remontés sous la douche (domage qu'on n'avait pas de savon!). Nous arrivons au camp vers 2h du matin avec quelques litres d'eau dans nos bottes.

Jean-Marc plante un spit dans le nouveau puits photo 30 -

Petit quiz du jour:

  1. Qui a laissé tomber sa boîte de spits au fond du P65 ?
  2. Quel est l'animal qui niche dans le tronc sur le chemin de San Martin ?
  3. Que fait-on lorsque nous allons faire du ski nautique ?
  4. Question facile: quel temps va-t-il faire cet après-midi ?
  5. Qui a déjà troué toutes ses bottes?

Jeudi 10 mars

(merci Catherine pour la rédaction!)

Stan et Catherine sortent vers midi de Hard Rock cave, à peine 24 heures d'expé. Pat nous avait quitté à l'étroiture, nous laissant un kit et demi chacun. Le plus difficile à porter est le demi, un gros paquet de cordes qui se coince partout. Nous arrivons au terminus 2000 : pendant que Stan équipe, j'améliore l'équipement des puits précédents (équipement de pointe, grave). C'est un P60, qui débouche dans la grande salle découverte l'autre jour. Nous proposons de l'appeler Folded Room (la salle pliée), car formée dans une magnifique charnière.

Détail photo 28 -

Nous entendons le niveau d'eau augmenter considérablement, et partons donc faire le prochain point d'interrogation : un petit puits fossile, qui continue, passe sous la salle et donne dans la partie reconnue prédédemment, juste au sommet du puits actif non descendu. Les éléments sont contre nous, l'eau monte encore, même les fossiles coulent, mais nous continuons et nous engageons dans ce puits. J'équipe hors crue, plusieurs déviations pour éviter une superbe cascade.

Les petits puits s'enchaînent, puis nous arrivons dans un méandre avec de belles marmites. Une super rivière à -500 ! Plusieurs affluents, j'estime le débit total à 100 l/s au moins. Nous nous arrêtons sur une succession de ressauts très très arrosés. A revoir en conditions plus favorables.

Nous ressortons par le réseau fossile, beaucoup plus agréable que les étroitures. Un peu fatigués qund même.

Laurent photo 31 -

Pour les autres, petite journée, avec une soirée sympathique chez les Mazatèques.

Vendredi 11 mars

Aujourd'hui, pas de pluie mais les nuages arrivent assez tôt. Catherine et Ernie vont dans la forêt pour essayer de retrouver l'ojo Mazateco exploré il y a quelques années. Les autres font deux groupes pour continuer l'explo des Flying Begonias. Ce sera notre dernier jour de spéléo au Cerro Rabón. Stan et Gosia continuent le puits qui était arrosé tandis que Pat, Laurent et Jean-Marc vont poursuivre le méandre.

Là, nous terminons rapidement la zone équipée (sur trop étroit) et continuons le puits principal. Quelques fractionnements plus bas, en fin de corde, le puits s'arrête sur un méandre trop étroit. Le courant d'air va se perdre ailleurs. Effectivement, nous le retrouvons dans un méandre un peu plus haut. Ça passe bien jusqu'à un endroit concrétionné où on doit se contortionner pour éviter les stalagmites. C'est "fucking A" selon Pat (A pour amusant en anglais). La leçon retenue, nous continuons jusqu'à une deuxième zone de concrétions. Cette fois il faut en casser une pour passer mais vu la force du courant d'air et un bruit d'eau qui se fait entendre, ça en vaut la peine! Un peu plus loin, nous arrivons sur un puits d'une dizaine de mètres (oui, on avait pris le joujou hi-tech avec nous!) avec une petite rivière au fond. Plus loin, on distingue le prochain puits. Ce sera pour la prochaine fois! En remontant, Laurent teste la solidité de son casque sur un bloc qu'il a décroché avec la corde. Il n'y a pas de mal à part quelques bobos et un réflecteur tordu. Nous rentrons ensuite à la Rathouse ou Catherine a préparé un super plat de röstis. Stan et Gosia arriveront plus tard vers minuit. Ils ont pratiquement terminé leur zone mais il reste une continuation pour de futures expés.

Ernie et Catherine passent chez Lazaro, qui n'est pas chez lui malgré notre rendez-vous. Ce sont ses petits-fils qui nous montrent le chemin. Nous passons plusieurs milpas, certaines récentes d'après Ernie (elles atteignent presque la doline de Diplodocus). Finalement, nous essayons de trouver l'ancien chemin à partir de la dernière milpa, c'est peine perdue. Nous taillons en visant le sommet du Cerro Vista à travers le brouilllard; la zone traversée paraît assez intéressante, très lapiazée, nous voyons un joli puits de 20m environ. Nous croisons l'ancien chemin, puis montons au sommet dans l'espoir de voir les alentours, en particulier l'ouverture de ojo mazateco. Bien entendu, le sommet est dans le brouillard, et il pleut en prime. Nous rentrons à San Martin par l'ancien chemin, maintenant nous savons qu'il faut monter juste après la milpa sous Diplodocus (croisement en X). Zone intéressante, à revoir.

Nous visitons la clinique et parlons avec le nouveau médecin, découvrons les chambres au-dessus de la citerne, et les nouvelles toilettes pour l'école. Après discussions avec avec Anselmo, nous décidons de payer les portes des toilettes, ces toilettes devraient permettre d'améliorer l'hygiène. Le montant total avoisine les 10'000 pesos (env 1100.- CHF).

Le montant sera financé par des dons, en particulier par les membres du groupe Cerro-Rabón. Si vous désirez participer, envoyez un mail à Laurent <laurent(a)cerro-rabon.org> ou Jean-Marc <jmj(a)cerro-rabon.org>.

Pour ce qui, est du logbook "online" nous allons nous arrêter là, car les rangments, les ordures brûlées et les toilettes rebouchés ne sont pas particulièrement passionnants. Demain, retour vers Tenango, puis Huautla et Mexico ou Oaxaca.

Photo de groupe photo 32 -

A une prochaine expé !!

Catherine, Gosia, Stan, Ernie, Pat, Jean-Marc et Laurent

PS. Le site devrait continuer à bouger: